LE CONTRÔLE, CE MAL NOMME

ou

l'inconscient du psychanalyste

 

 

Si contrôle m'était conté, ce serait, il était une fois, le récit de ses avatars dans l'histoire du mouvement analytique.

Son usage codifié dans les institutions et sa place centrale dans la formation des psychanalystes n'ont d'évidence pas permis la remise en cause de cette appellation ni, encore moins, les possibilités d'une approche métapsychologique.

Ainsi nommé à ce poste de surveillance, "le contrôle", associé à des termes tels que "conduite" de la cure, "maniement " du transfert, analyste "contrôleur", cure "contrôlée", évoque irrémédiablement une illusion de maîtrise et induit des effets de surmoi.

Pourtant, lorsqu'un analyste éprouve le besoin de parler à un autre analyste du travail qu'il poursuit avec chacun de ses analysants, c'est toujours sous le signe de l'équivoque signifiante de l'Ubertragung : traduction d'une langue dans une autre, transfert de fonds de l'affect, transport amoureux.

Alors, ces deux analystes, interprètes besogneux de leurs textes inconscients, deviennent-ils peut-être compagnons de route du transfert, passagers clandestins des transports amoureux, compagnons artisans du fantasme.

C'est en nous inspirant des us et coutumes du compagnonnage et en mettant au travail les multiples métaphores des transports que nous proposons, pour ces deux partenaires, un néologisme : L'accompagnant.

"l'accompagnant " désignerait ces deux partenaires, un peu comme le mot hôte dans la langue française désigne, en maintenant leur disparité radicale, celui qui accueille et celui qui est accueilli.

Un accompagnant ferait à l'autre un bout de conduite, l'accompagnerait sur le chemin du désir du psychanalyste.

Ce temps serait

UNE ACCOMPAGNEE

vers quelle croisée des chemins ?

 

 

Jacy Arditi

Liliane Fainsilber

Deux textes sont proposés pour le moment

un texte de Ginette Raimbault : Entre Balint et Lacan

un texte de Liliane Fainsilber : Et si nous débaptisions le contrôle ?

Retour aux formations du psychanalyste

Cette aquarelle est de Pascale Camus Walter.

Ces oeuvres sont visibles sur ce site http://mapage.noos.fr/waltercolour/galerie/galerie01.html